FAQ

La cotation ISO

  1. Auriez-vous une documentation concernant la cotation ISO ?

    Toute notre documentation est en ligne dans notre espace e-learning qui comporte plus de 400 pages d'extraits de normes ISO et de supports pédagogiques. Vous trouverez les modalités d'abonnement dans notre rubrique inscription. En tant que membre, vous bénéficiez d'une documentation sur la cotation ISO régulièrement mise à jour en fonction de l'évolution des normes ISO de tolérancement et nos formations intra et interentreprises.

  2. Il paraît qu'il ne faut plus dire cote encadrée. Est-ce vrai ?

    Oui, c'est exact. Il faut dire désormais Dimension Théorique Exacte (TED). En fait, une cote encadrée n'avait pas d'IT et représentait une dimension théorique or une cote est définie par un nominal et un IT d'où l'évolution du vocabulaire de la norme. On trouve la définition de la TED dans la norme ISO 1101:2004.

  3. J'ai l'habitude de coter les chanfreins avec une spécification dimensionnelle. Est-ce que je suis obligé d'utiliser la caractéristique forme d'une surface quelconque pour respecter la norme ?

    Si le chanfrein est juste un cassage d'angle, le symbole graphique a utilisé est celui de la norme ISO 13715:2000. Un nota peut être ajouté pour préciser la forme du cassage d'angle. Si le chanfrein permet l'assemblage de deux pièces ou si sa forme est très importante, le symbole profil de surface doit être utilisé pour respecter la norme. La caractéristique forme d'une surface quelconque s'appelle désormais profil de surface dans la norme ISO 1101:2004. L'utilisation d'une spécification dimensionnelle linéaire pour coter les chanfreins est interdite en ISO car les dimensions locales réelles n'existent pas. On ne peut pas mesurer la distance entre deux points réels appartenant à la pièce. Il faut donc effectivement utiliser le symbole profil de surface ou le symbole pour coter les arêtes de forme non définie s'il s'agit seulement d'un cassage d'angle.

  4. Peut-on mettre deux spécifications dimensionnelles pour positionner un trou par rapport à deux faces perpendiculaires ? La norme NF me semble-t-il l'autorise et l'ISO ?

    Cette pratique n'est plus recommandée dans la nouvelle norme NF EN ISO 5458:1999 qui traite du tolérancement géométrique de localisation. Cette nouvelle norme reproduit intégralement la norme internationale ISO 5458:1998. La signification d'une distance tolérancée entre l'axe d'un trou et une surface réputée plane n'est plus normalisée que ce soit en NF ou en ISO. Elle l'était effectivement dans l'ancienne norme ISO 5458:1987. En résumé, il faut désormais utiliser le tolérancement géométrique de localisation. Il n'y a ainsi plus de risque d'interprétation ni à lecture ni au contrôle.

  5. Sur un nouveau plan, j'ai une localisation avec une tolérance 0,2 au maximum matière mais juste derrrière le M entouré, il y a aussi un R entouré. S'agit-il d'un nouveau modificateur ou d'une erreur d'écriture ?

    Le R entouré est un nouveau modificateur placé soit derrière un modificateur M ou L. Il représente l'exigence de réciprocité et ne doit être appliqué qu'à un élément tolérancé. Pour un alésage, une localisation de 0,2 suivi du modificateur M et R signifie qu'il est possible de diminuer le diamètre mini de 0,2 mm en diminuant la tolérance de localisation et ceci jusqu'à une tolérance nulle. En fait, cela correspond à un maximum matière appliqué à une tolérance nulle.

  6. Je dois spécifier l'épaisseur d'une tôle pliée. Au niveau des zone pliées, je ne suis ni dans le cas d'un cylindre, ni dans le cas de deux plans parallèles en vis à vis. Peux-t'on quand même mettre une tolérance dimensionnelle ? Existe-t-il une autre possibilité en ISO ?

    Il est possible de mettre une tolérance dimensionnelle si la notion de dimension locale réelle existe. Dans le cas d'une tôle pliée, il est possible de définir des dimensions locales réelles, on peut donc mettre une tolérance dimensionnelle. Par contre, la norme ne dit rien en ce qui concerne la direction de mesure des dimensions locales réelles, ce qui laisse la liberté au métrologue de choisir une direction privilégiée. Une autre solution consiste à utiliser le symbole profil d'une surface appliquée à une petite longueur restreinte, avec un 2x au dessus du cadre de tolérance et une dimension théorique exacte définissant l'épaisseur de la tôle. Le choix de l'écriture dépend de l'importance fonctionnelle de l'épaisseur de la tôle dans les zones pliées.

  7. Est-ce que je peux désigner directement un axe pour indiquer qu'il est la référence c'est à dire mettre le triangle noir sur le trait mixte ?

    La nouvelle norme ISO 1101:2004 n'autorise plus à mettre le triangle noir directement sur un axe pour désigner un élément de référence. Il faut mettre une double flêche pour désigner le cylindre et mettre le triangle noir dans le prolongement de la double flêche, on indique ainsi que la référence spécifiée est l'axe de ce cylindre. Si le triangle noir est décalé par rapport à la double flêche, on indique alors que la référence spécifiée est une génératrice.

  8. Comment fait-on pour coter le diamètre d'un pignon en cotation ISO car ce n'est pas vraiment un cylindre ? Faut-il impérativement utiliser le symbole profil de surface ?

    Le symbole profil de surface doit être utilisé pour définir le profil car il ne s'agit effectivement pas d'un cylindre. Pour localiser l'axe du cylindre extérieur par exemple, il suffit de rajouter MD sous le cadre de tolérance. S'il s'agit de l'axe du diamètre intérieur on mettra LD et pour l'axe du diamètre primitif on mettra PD.

  9. Que signifie un 2x sur une planéité ? S'agit-il d'un groupe d'éléments comme on peut le spécifier sur une localisation ? Est-ce que les deux éléments tolérancés doivent être dans la même zone de tolérance en même temps ?

    Le 2x sur une planéité indique que la tolérance s'applique à 2 éléments. Cette écriture est équivalente à mettre une planéité sur chacun des deux éléments tolérancés. Il ne faut pas confondre ce type d'écriture avec le 2x sur une localisation qui précise que la tolérance s'applique à un groupe de deux éléments. Dans ce cas, les deux éléments tolérancés doivent être en même temps dans les deux zones de tolérance liées par une TED (Dimension Théorique Exacte). Un risque d'interprétation est donc possible pour ce 2x appliqué à une tolérance de planéité. Il faut identifier le rôle fonctionnel des deux surfaces. Si elles ont un rôle fonctionnel différent, il est préférable d'écrire deux fois la tolérance de planéité. Si les deux surfaces ont le même rôle fonctionnel, il faut distinguer deux cas. Si les deux surfaces sont coplanaires, il faut mettre une tolérance de planéité avec les deux lettres CZ (Zone Commune) derrière la valeur de la tolérance. Si les deux surfaces ne sont pas coplanaires, il faut mettre une localisation avec 2x au dessus du cadre de tolérance et une dimension théorique exacte entre les deux surfaces.

  10. Dans un système de références, les références sont-elles en position théorique exacte ou en orientation théorique exacte ?

    Dans un système de références, les références sont en orientation théorique exacte. Pour un système avec une référence primaire, une référence secondaire et une référence tertiaire, la référence secondaire est en orientation théorique exacte par rapport à la référence primaire et la référence tertiaire en orientation théorique exacte par rapport à la référence secondaire. Il n'y a pas de contrainte d'orientation directe entre la référence tertiaire et la référence primaire.

  11. Peut-on mettre un modificateur M sur la référence secondaire d'un système de références ? Quelle différence y-a-t'il lorsque le M est derrière la tolérance ?

    Le modificateur M peut être mis derrière la tolérance mais aussi sur une référence. Lorsque le modificateur M est placé derrière la tolérance, cela signifie que la valeur de la tolérance est indiquée lorsque la pièce est dans un état au maximum matière. Par exemple, pour une tolérance de 0,2 mm au maximum de matière appliquée sur un trou, la valeur de 0,2 s'applique lorsque le diamètre du trou est mini. Si le trou réel est plus grand par exemple de 0,05 mm alors la tolérance de localisation est augmentée de 0,05 mm soit 0,25 mm. Lorsque le modificateur est placé sur une référence, la zone de tolérance n'est pas augmentée en fonction de la taille de l'élément tolérancé mais peut être déplacé en fonction de la taille de la référence sur laquelle s'applique l'exigence au maximum matière. La valeur du déplacement est la différence entre la taille réelle et la taille au maximum matière de la référence.

  12. Quelle est la différence entre un battement simple et un battement circulaire ?

    Il n'y a aucune différence entre un battement simple et un battement circulaire. Le battement circulaire est le nouveau terme utilisé dans la nouvelle norme NF EN ISO 1101:2006. Il ne faut donc plus dire battement simple mais battement circulaire. De même, on ne dit plus battement double mais battement total.

  13. J'ai NC écrit sous une tolérance de parallélisme s'appliquant à des génératrices d'un cylindre. Est-ce que cela veut dire que la forme des génératrices ne doit être ni concave et/ou ni convexe ?

    Le symbole NC est défini dans la norme ISO 1101:2004 et signifie non convexe. Les génératrices peuvent donc être concaves ou même rectilignes.

  14. Est-il nécessaire de mettre 5x au dessus d'une localisation en zone commune pour cinq bossages dans le même plan ? Est-ce que c'est faux ou est-ce que c'est redondant ?

    L'utilisation du symbole CZ nécessite de désigner par des flèches les 5 bossages à partir du même cadre de tolérance dans la même vue. Dans ce cas, le 5x est inutile mais son ajout ne change pas la définition de la spécification. L'utilisation du 5x permet de ne désigner qu'un bossage par une seule flèche. Il faut dans ce cas préciser les éléments tolérancés en indiquant sous le cadre de tolérance les repères des 5 bossages par exemple, 101, 102, ... 105.

  15. J'aurais aimé savoir s'il y a une différence entre 2x et (x2) sur une localisation ? peut-on écrire indifféremment l'un ou l'autre en cotation ISO ?

    Le 2x sur une localisation signifie que la tolérance s'applique à un groupe de 2 éléments simultanément. Les 2 éléments tolérancés doivent être respectivement dans leurs zones de tolérances en position théorique exacte l'une par rapport à l'autre. Le (x2) n'est pas encore normalisé mais est utilisé pour dire que la tolérance s'applique à deux éléments tolérancés mais indépendamment. Les parenthèses permettent de ne pas confondre 2x et x2. Cette notation évite de multiplier les cadres de tolérances qui s'appliquent à des éléments de même nature, par exemple un ensemble de trous (axes) ou un ensemble de faces d'appui (bossages).

  16. J'ai un plan coté ISO avec un angle de 22,2 +/-0,5° suivi d'un E entouré. Pouvez-vous me dire à quoi sert le E entouré ?

    Le E entouré en cotation ISO est le modificateur de l'exigence de l'enveloppe qui ne s'applique qu'aux cylindres ou à des plans parallèles. Il peut s'agir d'un indice de modification. Normalement, l'indice du plan est indiqué près du cartouche. Le dessinateur a peut-être voulu préciser un angle maxi en utilisant le modificateur E mais dans ce cas il suffit d'indiquer un angle maxi conformément à la norme NF ISO 406:1995.

  17. Quand doit-on utiliser le modificateur R ? quelle est la différence avec un 0 maxi matière ?

    Le modificateur R indique une exigence venant s'ajouter soit à l'exigence du maximum matière soit à l'exigence du minimum de matière. En fait, le R ne doit apparaître qu'après un modificateur M ou un modificateur L. Par exemple, une tolérance de 0,2 M R est équivalente à 0 M. Cette nouvelle écriture proposée dans la norme ISO 2692:2006 permet d'éviter de mettre une tolérance nulle qui gène parfois les Méthodes qui ne veulent pas tenir compte du maxi matière et se retrouve de fait avec une tolérance nulle. En mettant 0,2 M R, si on tient pas compte du M et du R à la fabrication, on a une tolérance de 0,2. Si on tient compte du M et du R, on peut réaliser des pièces avec un défaut géométrique proche de 0 en fonction de la taille de l'élément tolérancé.

  18. Peux-t-on définir en cotation iso le parallélisme de 3 plans décalés en zone commune ?

    Il n'est pas possible de mettre la tolérance en zone commune si les plans sont décalés. Il faut mettre dans ce cas un 2x au dessus du cadre de tolérance et indiquer la distance entre les plans par une dimension théorique exacte. Le 2x au dessus du cadre de tolérance peut s'appliquer à n'importe qu'elle tolérance géométrique de position, d'orientation ou de forme.

  19. Y a t-il une différence entre la cotation ISO et la cotation GPS ? entre les normes ISO et les normes GPS ?

    Il y a une différence entre la cotation ISO et la cotation GPS. La cotation ISO respectent les normes ISO de tolérancement alors que la cotation GPS respectent les normes GPS qui n'ont pas toutes les statuts de normes internationales. Les normes ISO GPS sont les normes qui concernent la spécification géométrique des produits (GPS) et qui ont le statut de normes internationales (ISO).

  20. Peut-on utiliser et former notre personnel aux normes ISO commençant par PR comme par exemple la norme PR NF EN ISO 2692 sans risque d'interprétation pour nos fournisseurs ? Est-ce qu'une norme commençant par PR annule et remplace la norme ISO qui existe déjà ?

    Seules les normes internationales NF ISO et ISO constituent des bases solides pour la mise en application de la cotation ISO. Les projets de normes internationales commençant par PR sont diffusés pour examen et observations. Les projets de normes ne sont pas des normes. Elles sont susceptibles de modifications sans préavis et ne peuvent pas être citées comme normes internationales. La prudence est de mise sur l'utilisation anticipée des projets de normes avec des risques d'interprétation non négligeables pour les fournisseurs. Les projets de normes n'annulent d'aucune façon les normes NF ISO et ISO.

  21. Peut-on définir une zone de tolérance sphérique pour localiser le centre d'une sphère ?

    Oui, il est désormais possible d'indiquer une zone de tolérance sphérique en ajoutant un S. Par exemple, pour définir une zone de tolérance sphérique de 0,2 mm de diamètre, il faut mettre SØ0,2 dans la deuxième case du cadre de tolérance.

  22. Est-ce qu'une référence commune A-B est plus restrictive qu'un système de références avec A en référence primaire et B en référence secondaire ?

    La réponse est oui car dans la référence commune A-B les références spécifiées A et B sont en position théorique exacte, donc implicitement en orientation théorique exacte, alors que dans un système de références, la référence secondaire n'est qu'en orientation théorique exacte par rapport à la référence primaire.

  23. Que signifie un battement circulaire appliqué à un cylindre par rapport à un système de références avec A en référence primaire et B en référence secondaire ?

    En supposant que A soit un plan perpendiculaire au cylindre tolérancé et B un cylindre coaxial au cylindre tolérancé, le battement circulaire est défini par rapport à l'axe du cylindre B perpendiculaire au plan A. Dans le cas d'un battement circulaire par rapport à une référence primaire B seul, l'axe du cylindre B n'est pas contraint en orientation par rapport à A.

  24. Existe-il un symbole en cotation ISO pour coter un cassage d'angle pour éviter de mettre un nota ?

    Il existe un symbole spécifique défini dans la norme ISO 13715:2000. Cette norme permet de coter les arêtes, les bavures, les dégagements, les raccordements. Un cassage d'angle est une arête extérieure. Cette norme peut donc être utilisée mais attention la forme de l'arête n'est pas définie. Au final, la forme peut être un chanfrein, un rayon ou une tout autre forme. Pour imposer une forme, il faut utiliser le symbole profil de surface de la norme ISO 1101:2004.

  25. J'ai une tolérance de symétrie par rapport à une référence primaire qui est un plan médian. Est-ce que je peux construire ce plan en prenant le plan bissecteur des deux plans tangents aux surfaces réelles ?

    Le plan bissecteur est le plan qui coupe l'angle dièdre en deux, il ne correspond pas à la définition du plan médian en cotation ISO. Le plan médian est un plan situé à égales distances des deux plans parallèles tangents du côté libre de la matière. La distance entre ces deux plans est libre, leur position est une position spatiale moyenne par rapport aux deux surfaces réelles sur lesquelles ils sont en contact.

  26. Est-ce qu'une tolérance de localisation sans référence appliquée à un seul élément a un sens ?

    Une tolérance de localisation sans référence, appliquée à un seul élément, est équivalente à une tolérance de forme. L'écriture n'est pas incorrecte mais il est préférable d'utiliser directement une tolérance de forme. Par contre, si la tolérance s'applique à un groupe d'éléments, cela signifie que l'on contraint en position les éléments du groupe entre-eux.

  27. Est-ce que l'on peut mettre une planéité en zone commune sur des appuis de bossage qui ne sont pas dans le même plan ?

    Il n'est pas possible de définir une planéité en zone commune sur des faces d'appui qui ne sont pas dans le même plan. La zone de tolérance de planéité est définie par deux plans parallèles distants de la valeur de la tolérance. Le fait de mettre zone commune indique seulement que la zone est commune à plusieurs éléments tolérancés et que tous les éléments réels doivent se trouver entre les deux parallèles pour que la tolérance soit respectée. Si les plans tolérancés ne sont pas coplanaires, il n'y a pas une zone de tolérance mais plusieurs en fonction de la position de chacun des plans. Il faut dans ce cas utiliser une tolérance de localisation sans référence en groupe d'éléments avec par exemple 3x au dessus du cadre de tolérance s'il y a 3 faces d'appui. Il ne faut pas oublier de définir la position des plans entre eux par des dimensions théoriques exactes.

  28. Peut-on mettre la flêche qui désigne l'élément tolérancé directement sur l'axe d'un cylindre en cotation ISO ?

    Il s'agit d'une ancienne pratique qui a été supprimée de la nouvelle norme ISO 1101:2004. Pour désigner un axe, il faut mettre la flêche sur le cylindre en prolongement d'une ligne de cote. Cette règle s'applique également pour désigner un plan médian.

  29. Peut-on mettre l'exigence du maximum matière sur une zone de tolérance projetée ?

    Ce cas n'est pas prévu dans la norme ISO 10578:1992 définissant la zone de tolérance projetée. Il est donc recommandé de ne pas cumuler les modificateurs M et P afin d'éviter des risques de lecture.

  30. Peut-on mettre le modificateur CZ sur une tolérance de localisation ?

    Oui, le modificateur CZ s'applique dès lors qu'une zone de tolérance unique s'applique à plusieurs éléments séparés. Il n'y a pas de restriction aux tolérances de forme et aux tolérances d'orientation. Lorsque la tolérance s'applique en même temps à plusieurs éléments séparés, par exemple 3 éléments, mais avec des zones de tolérances disctinctes, il faut alors définir un groupe d'éléments en mettant 3x au dessus du cadre de tolérance. Le modificateur CZ ne peut pas être appliqué dans ce cas car la zone de tolérance n'est pas unique.

  31. Est-ce qu'une cote 10 mini sans tolérance est ISO ?

    Une cote est définie soit par une dimension nominale et les valeurs des écarts soit par deux dimensions limites : une dimension supérieure et une dimension inférieure. L'écriture 10 mini correspond à une dimension inférieure. Cela signifie que les dimensions réelles locales doivent être supérieures ou égales à cette dimension inférieure. Cette écriture respecte les normes ISO de tolérancement. Elle est définie dans la norme ISO 406:1987 qui a été reproduit intégralement dans la norme NF ISO 406 de décembre 1995.

  32. Je veux définir entraxe de deux trous en représentation cartésienne. Est-ce que je peux utiliser deux spécifications dimensionnelles ?

    Les spécifications dimensionnelles caractérisent la taille d'un élément qui peut être soit un cylindre, soit deux plans parallèles en vis-à-vis. La distance entre deux trous caractérise un entraxe et non une taille. Il n'est donc pas possible d'utiliser une spécification dimensionnelle pour définir un entraxe, encore moins en utilisant deux spécifications dimensionnelles. Cette pratique était autorisée par une ancienne norme NF qui n'est plus en vigueur aujourd'hui. Il faut désormais utiliser une tolérance de localisation. Dans ce cas, l'entraxe théorique peut être défini soit par une dimension théorique exacte entre les deux axes, soit par deux dimensions théoriques exactes en représentation cartésienne.

  33. Est-ce qu'une tolérance de localisation Ø0 Maxi matière sans référence appliquée sur un seul trou de diamètre Ø10,5±0,135 est ISO ? si oui, qu'est-ce que cela veut dire ?

    Oui, cette spécification respecte les normes ISO de tolérancement. Elle signifie que la tolérance de 0 s'applique lorsque le diamètre du trou est dans un état au maximum de matière soit 10,365. Si le trou a un diamètre maxi soit 10,635 alors la tolérance de localisation vaut l'IT soit 0,27. En résumé, la tolérance de localisation dépend de la taille réelle du trou. Sa valeur est égale à la différence du diamètre réel et du diamètre mini. Par exemple, si le diamètre du trou vaut 10,605 alors la tolérance est égale à 10,605 - 10,365 soit 0,24.

  34. J'ai mis en place une cote théorique de 0 sur un perçage, avec une tolérance de localisation de son axe par rapport à un référentiel qui est aligné avec l'axe de mon perçage. Existe t-il une règle "iso" pour indiquer le sens positif ou négatif de la tolérance ?

    Il n'existe pas de règle en cotation ISO pour indiquer le sens positif ou négatif de la tolérance. La zone de tolérance est toujours centrée sur le théorique. Mettre, par exemple, 0/+0,1 dans la deuxième case du cadre de tolérance n'est pas normalisé ni en NF ni en ISO. il n'est pas possible non plus de mettre une tolérance sur la cote théorique appelée maintenant dimension théorique exacte. A noter qu'une tolérance de localisation d'un axe par rapport une référence définie par une dimension théorique exacte de valeur nulle est une tolérance de coaxialité. Il vaut mieux mettre une coaxialité.

  35. J'ai un plan avec une flèche qui localise le centre d'un demi-cercle défini par l'intersection des deux traits mixtes. Est-ce que cette écriture est correcte ?

    La flèche qui désigne l'élément tolérancé doit aboutir directement sur le demi-cercle et non sur l'intersection des deux traits mixtes. Un demi-cercle n'a pas de centre en cotation ISO. Il faut donc coter le demi-cercle en tant que profil de surface. La norme ISO 1101:2004 indique que les flèches ou même les triangles qui désignent les traits mixtes est une ancienne pratique qui n'est plus normalisée.

  36. Est-on obligé de mettre les spécifications dimensionnelles au nominal centré en cotation ISO ?

    Non, les normes ISO de tolérancement en vigueur n'imposent pas de mettre les spécifications dimensionnelles au nominal centré. En revanche, il est préférable que toutes les dimensions du modèle CAO de la pièce le soient notamment pour visualiser en vraies grandeurs les dimensions des chanfreins.

  37. Est-on obligé d'appliquer la cotation ISO ? Que se passe t-il si on ne respecte pas les normes ISO ?

    On n'est pas obligé d'appliquer la cotation ISO. Le respect des normes ISO de tolérancement ne conduit à aucune amende, ni sanction de l'AFNOR. L'utilisation des normes ISO de tolérancement permet de caractériser le produit suivant des règles d'écriture adoptées par la communauté internationale, ce qui évite des litiges entre le client et le fournisseur. De plus en plus les clients spécifient leurs plans en cotation ISO imposant de ce fait aux fournisseurs de respecter les normes ISO de tolérancement. L'utilisation de la cotation ISO est donc un enjeu économique incontournable qui contraint de plus en plus les fournisseurs à les respecter.

  38. Est-ce que vous pouvez me dire si on peut mettre 2x sur une tolérance de perpendicularité en cotation iso ?

    Le 2x au dessus du cadre de tolérance est une écriture décrite dans la norme ISO 5458:1998 qui ne concerne que le tolérancement de localisation. Cette écriture n'est pas décrite dans la norme ISO 1101:2004 qui concerne en autre tolérancement d'orientation. A noter que lorsqu'il y a une tolérance de localisation qui s'applique à un groupe de 2 éléments c'est à dire avec un 2x au dessus du cadre de tolérance, il ne faut pas mettre la tolérance de perpendicularité en dessous de ce cadre mais la définir de manière indépendante.

  39. A t-on toujours le droit de représenter le centre d'un cercle par l'intersection de deux traits mixtes en cotation ISO ?

    Oui, le centre d'un cercle est toujours représenté par l'intersection de deux traits mixtes en cotation ISO. La norme NF E 04 559:1991 représentait le centre d'un cercle ou l'axe d'un cylindre de bout par une croix. Cette représentation permettait d'éviter de mettre des spécifications dimensionnelles entre deux traits mixtes qui n'existaient pas sur la pièce réelle. Cette notation a été abandonnée dans la norme NF EN ISO 5458:1999 qui remplace la norme expérimentale E 04-559:1991.

  40. J'ai un plan avec NC sous une tolérance de rectitude des génératrices d'un cylindre. Est-ce que la forme des lignes doit être concave ou convexe ?

    Le NC veut dire non convexe. Les génératrices doivent donc être concaves mais on accepte également qu'elles soient à la limite rectilignes.

  41. Que veut dire ACS sur un cadre de tolérance ? Est-ce que la tolérance s'applique uniquement dans le plan de coupe ou dans toutes les sections droites parallèles au plan de coupe ?

    L'acronyme ACS veut dire About all Cross Section. La tolérance s'applique donc à toutes les sections droites parallèles au plan de coupe. Pour que la tolérance ne s'applique que dans un seul plan de coupe, il faut supprimer ACS au dessus du cadre de tolérance et positionner le plan de coupe avec une dimension théorique exacte.

  42. J'ai un plan ou toutes les coaxialités sont sans Ø ? Est-ce que c'est un oubli ou est-ce que cela peut être volontaire ?

    Une coaxialité sans le symbole Ø signifie que la zone de tolérance est définie par deux plans parallèles. Cette écriture est ISO. Par contre, d'un point de vue fonctionnel, on peut se poser la question de savoir si la tolérance s'applique quelque soit le plan de coupe du cylindre. En général, la réponse est toujours oui d'où systématiquement le symbole Ø devant une tolérance de coaxialité.

  43. On dit maintenant exigence du maximum de matière dans la nouvelle norme ISO 2692:2006 au lieu de principe du maximum de matière. Quelle est la différence entre principe et exigence ? Est-ce que le modificateur M a la même signification ?

    La nouvelle norme ISO 2692:2006 qui remplace celle de 1988 a abandonné le principe du maximum de matière et l'a remplacé par exigence du maximum de matière. En fait, il n'y a plus qu'un seul principe en tolérancement celui d'indépendance ou chaque exigence dimensionnelle ou géométrique spécifiée sur un dessin doit être respectée en elle-même (indépendamment), sauf si une relation particulière est spécifiée. S'il n'y a pas de relation spécifiée, la tolérance géométrique s'applique sans tenir compte de la dimension de l'élément. Lorsqu'une relation est spécifiée, que l'on appelle exigence, ce qui est désormais le cas lorsque l'on met le modificateur M, on crée un lien entre la tolérance géométrique et la dimension de l'élément. Les deux spécifications ne peuvent plus être traitées de manière indépendante.

  44. Peut-on mettre une tolérance à la dimension que l'on indique dans la case supérieure d'une référence partielle ?

    Non, les informations mises dans cette case permettent de définir les dimensions théoriques de la zone d'appui. Par exemple, pour un appui circulaire de diamètre 10, on met juste Ø10. Pour un appui de forme carré de côté 10, on met 10 x 10.

  45. J'ai un plan avec la rectitude d'un axe mais il n'y a pas de Ø devant la tolérance de 0,08. A-t-on le droit de l'écrire en cotation iso ou est-ce un oubli du dessinateur ?

    Il se peut que le symbole Ø ait été oublié notamment si la pièce est mobile en rotation dans le mécanisme. S'il s'agit d'un alésage dans lequel la pièce est fixe, il est fort probable que le symbole Ø ait été omis volontairement pour contraindre la forme de l'axe dans une seule direction. Il est permis de mettre une tolérance de rectitude sans le symbole Ø en cotation fonctionnelle ISO, cela signifie que la zone de tolérance est définie par deux plans parallèles distants de 0,08. La normale des deux plans est définie par la direction de la flèche qui désigne l'élément tolérancé. La forme de l'axe n'est dans ce cas pas contrainte dans une direction perpendiculaire à la normale des deux plans.

  46. Il semblerait qu'une nouvelle norme soit parue pour définir les références en cotation iso, pouvez-vous me dire de quoi il s'agit ?

    Oui, il existe une nouvelle norme pour définir les références. Il s'agit de la norme PR NF EN ISO 5459 Juillet 2004. Attention, cette norme à toujours le statut de projet et n'a donc pas encore été approuvée par les comités membres de l'ISO. En attendant l'approbation ou non des comités, je vous conseille, afin d'éviter tout litige, d'appliquer la norme ISO 5459:1981 Novembre 1981 plus ancienne mais qui a le statut de norme internationale.

  47. Sur un plan, j'ai un battement simple sur un cylindre par rapport à A et B. A est un plan perpendiculaire au cylindre et B un cylindre d'axe commun au cylindre tolérancé. Pourquoi ne pas avoir mis directement un battement par rapport à B ? Quelle est la différence ?

    Le système de références est construit à partir de la mise en position du composant par rapport à son support. Dans le cas que tu présentes, la pièce est en appui plan sur A et centrée sur B. La pièce en fonctionnement tourne autour de l'axe B perpendiculaire au plan A. Un battement circulaire radial selon la norme NF ISO anciennement appelé battement simple dans la norme NF traduit le battement de la surface en fonctionnement mise en position sur son support. On aurait mis un battement circulaire radial par rapport à B sans le A si la pièce avait été en centrage long sur A.

  48. Lorsque l'on veut tolérancer la forme, l'orientation et la position d'une surface, la cotation iso impose t'elle de mettre la tolérance de forme en dessous de la tolérance d'orientation elle-même en dessous de la tolérance de position ? si oui, pourquoi ?

    La cotation ISO n'impose pas de mettre la tolérance d'orientation en dessous de la tolérance de position et la tolérance de forme en dessous de la tolérance d'orientation pour un même élément tolérancé. Par contre, il est préférable de le faire car en vérifiant que les valeurs sont décroissantes de la position à la forme, on vérifie ainsi qu'il n'y a pas d'incohérence sur les valeurs. Néanmoins, on peut toujours mettre une tolérance d'orientation plus grande que la tolérance de position en vertu du principe d'indépendance mais dans la réalité les pièces dont les défauts d'orientation dépassent la tolérance de position seront déclarées non conformes. De la même manière, les pièces dont les défauts de forme dépassent la tolérance d'orientation seront déclarées non conformes.

  49. Comment indique t-on la profondeur d'un chanfrein en cotation ISO ? Est-ce que l'on peut toujours mettre une cote de profondeur avec une cote encadrée du diamètre au niveau du plan de jauge ?

    Un plan de jauge ne peut plus être positionné par une spécification dimensionnelle en cotation ISO. Il faut le positionner avec une dimension théorique exacte et tolérancer le chanfrein avec le symbole profil d'une surface associé à une référence axiale. S'il s'agit d'un chanfrein d'entrée, on met en référence la face plane d'entrée du chanfrein.

  50. On m'a dit qu'en cotation ISO, il fallait encadrer les cotes pour lesquelles il n'était pas possible de mettre une cote tolérancée lorsque les surfaces ne sont pas en vis-à-vis. Pourriez-vous me confirmer cette règle ?

    En cotation ISO, les spécifications dimensionnelles ne peuvent être écrites que lorsque les surfaces sont en vis-à-vis c'est à dire lorsqu'il existe au moins une dimension locale réelle entre les deux surfaces. Une dimension locale réelle est un bipoint. Si la norme ISO 2768 n'est pas précisée près du cartouche alors une cote sans tolérance est une dimension définissant une longueur ou un diamètre du modèle CAO. Si la norme ISO 2668 est précisée, une tolérance générale s'applique à toutes les dimensions non encadrées et sans indication de tolérances individuelles. Les cotes encadrées appelées en cotation ISO dimension théorique exacte (TED) sont toujours associées à un cadre de tolérance.

  51. Sur la norme Iso 2768 il n'est pas indiqué de tolerance pour la cotation de diametre, est ce la meme que les cotes lineaires ?

    La norme ISO 2768-1 s'applique aux dimensions linéaires et angulaires sans indication de tolérances individuelles. Une dimension linéaire peut être une dimension extérieure, une dimension intérieure, une dimension de décrochements, un diamètre, un rayon, une distance, un rayon intérieur, une hauteur de chanfrein. La tolérance est la même qu'il s'agisse d'une cote linéaire ou d'un diamètre.

  52. Pourriez-vous me dire s'il y a une différence entre 2x et x2 au dessus du cadre de tolérance en cotation ISO ?

    le 2x indique que la tolérance s'applique à un groupe d'éléments. Les 2 éléments tolérancés doivent se trouver en même temps dans les zones de tolérances définies par le cadre de tolérance. La norme de cotation ISO 5458 donne de nombreux exemples. Le x2 n'est pas normalisé. Il est même recommandé de le mettre entre parenthèses afin d'éviter de l'interpréter comme un groupe d'éléments. Il signifie que le cadre de tolérance s'applique aux 2 éléments de manière indépendante selon le principe de base de tolérancement défini par la norme de cotation ISO 8015. En fait, cette écriture évite de mettre deux fois le même cadre de tolérance.

  53. Doit-on utiliser les normes NF ISO ou les normes ISO ? En fait, je voudrais savoir si les normes NF ISO sont des copies conformes des normes ISO et s'il y a des restrictions et/ou des amendements ?

    L'utilisation des normes NF ISO ou ISO dépend du lieu des fournisseurs de l'entreprise. S'ils sont exclusivement en France, on utilise les normes NF ISO ou ISO. Si la sous-traitance est internationale, il est recommandé d'utiliser les normes ISO. Ce qu'il faut savoir, c'est que les normes NF ISO reproduisent toujours intégralement les normes ISO en y ajoutant parfois des annexes avec les exemples d'application de la norme. Les exemples rajoutés sont en général ceux des anciennes normes NF mises en conformité avec les normes ISO.

  54. Quelle différence y-a-t-il entre les normes ISO de tolérancement dites conceptuelles et les normes dites applicatives ? Faut-il maîtriser les normes conceptuelles pour être capable d'appliquer la cotation ISO ?

    Les normes conceptuelles telles que ISO/DIS 17450-1, ISO/DIS 17450-2, ISO 14660-1 et ISO 14660-2 sont des normes destinées aux experts ISO qui participent aux groupes de travail sur l'évolution des normes. Ces normes sont très théoriques et ne doivent pas être utilisées dans le cadre de formation aux normes ISO de tolérancement. Les normes dites applicatives permettent une maîtrise rapide de la cotation ISO. ALPHATOM utilise exclusivement les normes applicatives dans ces formations, ce qui permet aux stagiaires de pratiquer rapidement la cotation ISO sans pour cela être des experts ISO.

  55. Peut-on toujours mettre une cote entre deux surfaces qui n'ont pas les mêmes dimensions ? Est-on obligé de mettre une localisation en cotation iso ?

    La cotation ISO n'interdit pas de mettre une cote entre deux surfaces. Par contre, la cote s'applique exclusivement aux deux portions de surfaces en vis à vis.

  56. La norme NF ISO 406 permet de mettre une cote pour définir un angle. A t-on toujours le droit en cotation iso d'utiliser cette norme pour définir l'angle d'un cône ?

    La norme NF ISO 406 est toujours en vigueur. Elle permet de spécifier des dimensions angulaires entre deux droites tangentes aux lignes réelles dans un plan donné.

 
 
Copyright © Alphatom 1999-2017, Tous droits réservés      |     Plan du site      |      Informations légales      |      Il y a actuellement 169 visiteurs connectés      |      Mercredi 18 Octobre 2017      |      13:01